Tu pourrais me regarder boire, tu pourrais me voir plonger dans le noir et le soir aller de plus en plus à l'ouest, observer comment je tombe. Je sais bien que je vis sur la lune et sur ses sables mouvants, être ailleurs ça me ressemble tellement. Je ne suis qu'un désastre qui attend d'être consolé un peu, mais comprends que je me noie si bien pour deux. Pendant que tu chantes que demain tout ira mieux. J'attends demain. Je cherche où trouver ce vent léger, je cours sans raison, je cherche qui frappe derrière ma porte comme ça, si fort que ça. J'écoute tout ces chuchotements dans mon dos, ces ombres qui m'affolent. Mais je n'ai pas peur du feu, je ne crains pas les flammes, ici tellement de choses brûlent comme de la paille, que je rêve du passé sous mes draps. J'ai si peur de ne pas plaire, abasourdis par tout ces cris. Je n'ai pas peur du noir, même pas peur de la nuit. Pourtant je reste effrayé par l'autre, qui n'aime que les autres..

561278_10200351612127575_155949812_n